Forum administratif du site Le Boudoir
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chroniques [Priscila]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Priscila
Langue Magique
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 23/05/2016
Age : 22

MessageSujet: Chroniques [Priscila]   Mar 1 Nov - 10:02

Hey !
Gaby je vais mettre ici les chronique à corriger, j'éditerais mon message à chaque fois qu'il y aura une nouvelle chronique et tu éditera ton message de la même façon chaque fois que tu corrigeras une chronique Wink
Veille juste à laisser la correction jusqu'à ce que l'article en question soit posté au cas où x)
Je vais la dernière chronique dans un nouveau post !
Bisous


_________________
Langue magique, grande manitou du forum et du blog !
Je déconne, c'est juste qu'il me fallait une signature parce que sinon c'est horrible quand il n'y a pas de séparation entre le sujet du post et la fin du cadre xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leboudoirsapereaude.forumperso.com
Priscila
Langue Magique
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 23/05/2016
Age : 22

MessageSujet: Re: Chroniques [Priscila]   Mar 1 Nov - 10:04

LIVRES


La dernière licorne
Bonjour à tous !
Aujourd'hui je vous retrouve pour une nouvelle chronique, enfin un article après toute cette débâcle avec les partiels ! Pour ceux qui s'inquiètent sachez que ça s'est très bien passé Very Happy
Je voulais donc remerciez les Editions Presse de La Cité et Net Galley pour ce service presse, notamment l'interlocuteur qui m'a contacté chez la maison d'Edition pour leur implication envers les lecteurs.

J'avais adoré la couverture en voyant la proposition et le titre qui promettait des choses forts intéressantes ! Le résumé était encore plus tentant en parlant de licornes et d'Arche de Noé, un sujet plutôt original il faut l'avouer et qui appelle à la découverte ! C'était ce côté un peu Da Vinci Code dont je parle à chaque chronique du genre qui me tentait.
Je dois vous souligner un autre point d'originalité : la présentation du livre et des chapitres, j'entends par là, la mise en page des chapitres avec une division en « Courses » contenant le sujet général de chaque chapitre et les lieux où ils se déroulent. C'est un peu perturbant puisse que la première page du livres regroupent ces différentes courses et j'ai cru avoir affaire de fait à plusieurs nouvelles mais il n'en ai rien. On s'habitue vite.

Le début du roman est assez mystérieux mais le mystère est véritablement le fil conducteur de ce roman et tout son charme. On a que peu de révélations sur les différents personnages y compris sur ceux qu'on pense être nos « gentils » héros et l'histoire tourne autour de nombreux personnages, du moins, une poignée assez hétéroclite.
L'action s’enchaîne de fil en aiguille, montant crescendo jusqu'à la révélation des secrets. On a envie de savoir, de plus en plus, surtout passé la première moitié du livre, à cause de ce rythme crescendo justement ! A partir de ce moment, j'ai eu beaucoup de mal à décrocher et à retourner à mes occupations quotidiennes ! C'était intéressant de ne pas juste évoluer dans les lieux habituels, on se retrouve notamment entre le Moyen-Orient et l'Asie, ainsi qu'en France et c'est agréable !

Les rares points négatifs que je pourrais citer seraient sûrement la récurrence que le trouve dans la plupart des livres sur ce thème : la relation entre le personnage secondaire féminin et « l'aventurier », le second point concerne les retournements de situation qui était presque prévisible, j'ai trouvé le personnage de Cortès un peu gros.

Le style de l'auteur est simple mais efficace et s'accorde très bien à la situation, la lecture en est donc vraiment fluide.
C'est le roman d'un nouveau auteur que je vous conseille donc avec plaisir, de quoi vous faire palpiter un peu avec cette course poursuite aux licornes et à l'Arche de Noé.

8 / 10[/justify]


Dernière édition par Priscila le Jeu 22 Juin - 20:11, édité 26 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leboudoirsapereaude.forumperso.com
Gabrielle

avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 25/05/2016
Age : 20

MessageSujet: Re: Chroniques [Priscila]   Mar 1 Nov - 10:36

CHRONIQUES LIVRES CORRIGÉES
[Priscila]


La dernière étoile

Bonjour à tous,
Aujourd'hui je vous retrouve, entre deux révisions, pour vous partager ma chronique du dernier tome de la série La 5è Vague de Rick Yancey, un tome que j'espérais lire assez vite mais que le manque d'humeur m'a fait repousser jusqu'à aujourd'hui puisse que je l'ai trouvé à la bibliothèque en début du mois. Je ne suis pas mécontente finalement de ne pas l'avoir acheté, bien que cette série ait su développer son potentiel, je me suis rendue compte que c'était une série que je ne voulais pas spécialement relire...

Je vais néanmoins vous donner mon avis sur ce dernier tome. J'ai commencé ce dernier tome, un peu comme le second, en ne me rappelant pas très bien les dernier événements. Je me rappelais de quelques vagues choses mais aussi d'avoir été surprise par certaines révélations.
Je vais commencer en vous parlant de la façon dont l'auteur a arrangé le texte: comme vous le savez, Rick Yancey a un style particulier, peut être un peu haché parfois en ce qui concerne la structure des chapitres, les changements spatio-temporels. La lecture du premier tome m'avait totalement déboussolée, et si je m'étais un peu plus habituée au second tome, je n'étais pas vraiment fan de ces changements. C'est pourquoi j'appréhendais un peu cette lecture mais ce fut finalement moins impressionnant et je n'ai pas ressenti ce ballottement qui était vraiment significatif du style de l'auteur. C'était plus fluide.

J'ai eu moins de ressentiments vis-à-vis du changement de personnage car je me suis plutôt détachée de Cassie depuis le second tome, et j'ai plutôt apprécié d'être un peu plus « omniscient ». Je pose des guillemets puisse qu'au final, on ne sait que peu de choses. J'ai été un peu déçue finalement de la nature de l'invasion qui s'avérait bien plus banale, j'aurais voulu que l'auteur pousse la « cruauté » à son extrême mais ça n'a pas été le cas et le thème des Aliens est finalement survolé, on en apprend peu. On arrive encore à découvrir de nouveaux personnages et comme dans le second tome, j'ai tout de même préféré les passages avec Ringer bien que ce ne soit pas particulièrement un personnage attachant et presque ambivalent.

Néanmoins j'ai eu beaucoup de mal à lâcher le livre, j'ai vraiment aimé le rythme du récit et je l'ai lu assez vite. Lors de ma dernière chronique j'avais souligné des moments de flottements désagréables, ce tome-ci en est dépourvu. Encore une fois l'auteur joue avec les mots et le titre trouve sa signification à la fin du livre. La fin ne m'a pas surprise, ni émue, elle se termine ouverte, sans avenir brillant en mode « happy ending » et c'est mieux.

Je ne vais pas en dire plus sur cette lecture, j'ai dévoré deux autres livres avant de vous écrire cette chronique et mes souvenirs s'émoussent. Néanmoins, voilà qui clôt cette trilogie d'une bonne façon mais sans le brio que j'attendais. Une bonne série pour sortir de ses habitudes mais que je ne pense pas relire.

8 / 10
Votre note ? Votre avis ?


Vers la sobriété heureuse:
Bonjour !
Aujourd'hui je vous retrouve pour une courte chronique, courte chronique car court livre et car livre particulier qu'il vous faudra avant tout découvrir par vous même. Il faut néanmoins que je vous parle du contexte dans lequel j'ai découvert ce livre.
Si vous nous suivez régulièrement, vous aurez vu qu'il m'arrive parfois de chroniquer des livres qui ne sont pas des romans mais des livres qui s'intéressent notamment au Véganisme, au Zéro déchet et à la sauvegarde de la planète (ou plutôt la façon dont on la malmène), ce sont des sujets qui me tiennent à cœur. Je me suis plutôt impliquée dans le mode de vie Zéro déchet depuis octobre et si je me re-penche seulement aujourd'hui sur le végétarisme, j'avais découvert ce livre de Pierre Rabhi avec les Instagrameuses Zéro déchet que je suis. Il faisait assez parler de lui et j'avais envie de le découvrir. J'en ai eu l'occasion grâce à une opération promotionnelle qui offrait un livre à ceux qui le désiraient dans la gare de Lille Flandres (livre au choix) et il se trouvait parmi ceux là. J'étais joie.

Vers la sobriété heureuse est livre témoignage qui me tentait vraiment au vu du résumé. J'avais hâte de découvrir à travers cet ouvrage, à la fois l'homme, Pierre Rabhi qui semble vraiment intéressant et incroyablement au fait de la valeur de la vie (au point qu'une conversation un peu plus métaphysique doit être vraiment intéressante avec lui) mais aussi les possibles solutions que l'auteur envisageait.

Si celles-ci ne sont pas vraiment développées de façon détaillée, on découvre un véritable réquisitoire sur la surconsommation, la société de consommation, du capitalisme et de la façon dont le monde a changé depuis que l'argent est devenu l'unité de mesure internationale. Car on oublie, c'est un fait, que tout, maintenant, a une valeur monétaire, de la miche de pain au mettre carré de terre de l'agriculteur ou de l'habitant. Tout, absolument tout et ce de façon à agrandir le profit du privilégié au dépend de l'humanisme.
Ce réquisitoire est une claque, vraiment et j'en ai pris pas mal cette année concernant notre façon de gérer les ressources de notre planète, la façon dont on surconsomme des choses qui ne nous sont pas indispensables pour vivre heureux.

La sobriété semble une notion oubliée quand on se rend compte de tout cela et ce livre donne a réfléchir sur la façon dont nous voulons consommer, car nous sommes des consomm'acteurs comme certains le diront. Ce livre est une bonne leçon à découvrir, écrit avec une plume riche et fluide, belle aussi.

A découvrir, d'urgence.

9/10
Votre note ? Votre avis ?


La Morsure du Givre:
Hello !
Je vous retrouve aujourd'hui pour la chronique de ma première lecture du mois de juin, le septième tome de la saga Mercy Thompson écrit pas Patricia Briggs, une auteur pleine de ressources vu le nombre de tomes qu'elle nous a sorti et les autres saga écrites !
Le tome 7 faisait parti de la liste de mon Challenge ABC (qui consiste à lire un livre d'un auteur de chaque lettre de l'alphabet → Patricia Briggs = B) et cela faisait plusieurs mois que Milleca me tannait pour que j'avance dans la série : je devais le lire il y a 2 mois mais finalement je n'étais pas d'humeur. C'était sans compter sur une semaine épuisante qui me faisait attendre le soir avec impatience pour mon moment de lecture détente !

J'ai donc repris ce tome avec les maigres souvenirs du résumé dont je me rappelais, et le souvenir plus vif du sixième tome que j'avais apprécié sans plus puisqu'il est était trop lisse à mon goût. Cette fois j'ai retrouvé une Mercy un peu plus active et une histoire bien plus passionnante mêlant intrigues en tout genre et créatures obscures à foison ! J'ai vraiment apprécié replonger dans cette univers qui nous met cette fois très vite dans le vif du sujet, avec comme vous l'avez lu, la disparition – enlèvement – de la meute au complet ou presque, laissant au soin de Mercy de comprendre ce qu'il s'est passé et démêler tous les fils de ce soudain événement.

J'ai retrouvé une Mercy un peu plus proche des premiers tomes comme me l'avait promis Milleca, plus sûre d'elle, un peu plus « casse-cou » mais toujours aussi chanceuse et surtout Badass. J'ai été contente de retrouver les autres personnages, notamment Kyle, Gabriel et Tad mais aussi les autres. On y découvre aussi quelques nouveaux personnages, des petites histoires sur les meutes et leurs mythologies mais aussi sur les fae ce qui est intéressant.
J'ai bien aimé l'utilisation du point de vue d'Adam par l'auteure, ce qui nous permettait d'être presque omniscient. J'ai regretté néanmoins l'absence du Marrock ou de Samuel pour lesquels je m'attendais à ce qu'il tienne un plus grand rôle.

Le scénario est bon, on n'en perd pas une miette, j'ai eu beaucoup de mal à lâcher le livre à tel point que j'ai lu celui-ci en 2-3 jours alors que je faisais mes journées de stage à la pharmacie et qu'il me fallait réviser pour mes partiels... mes journées étaient remplies mais je pouvais m'évader dans cette histoire ! La série Mercy Thompson reste une saga dont je ne me lasse pas et dont l'univers riche et écarté de ce que l'on trouve classiquement dans la Bit-lit me pousse toujours à continuer à acheter les tomes.
Le tome 8 attend d'ailleurs sagement dans ma bibliothèque bien que j'aime espacer les tomes de cette série. Il sera probablement lu dans deux ou trois mois ! Le temps d'acquérir les tomes qu'il me manque.

Le style de l'auteur est toujours très bon, on a un peu plus d'allemand cette fois du fait de l'origine de Zee ce qui est intéressant, bien que j'ai trouvé que la traduction de l'incantation seulement à la fin du livre est un peu frustrante, car j'avais cru que l'éditeur ne nous avait même pas laissé de traduction : mon allemand est rouillé, voir même enterré, donc je trouvais ça dommage sur le coup.
Un point un peu négatif concerne la fluidité, j'avais l'impression que certains passages avaient été soit mal traduits, soit maladroits de la part de l'auteure car il m'est arrivé 2-3 fois d'avoir l'impression d'avoir raté un paragraphe...

Une série que je recommande !

8 / 10

Votre note ? Votre avis ?

_________________
Sous-fifre de la Grande Manitou, Ô Langue Magique notre maître à tous!
[Je rigole aussi xD]


Dernière édition par Gabrielle le Lun 5 Juin - 10:09, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Priscila
Langue Magique
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 23/05/2016
Age : 22

MessageSujet: Re: Chroniques [Priscila]   Mar 15 Nov - 19:27

CINEMA

Wonder woman:
Bonjour à tous !
Je vous retrouve aujourd'hui pour une chronique vraiment très particulière, LA chronique où je suis en désaccord avec -presque- tout le monde, celle que vous allez détester lire si vous avez aimé Wonder Woman. Mais je ne voulais pas faire dans la dentelle en vous disant d'aller voir ce film pour remplir le budget de DC. Car du budget, je ne doute pas qu'il y en avait, de la jugeote, j'en suis moins sur.
Retour sur la plus longue séance cinéma de ma vie -enfin, plutôt de l'année- et pourtant, cette année, j'en aurais vu des films particuliers, entre Nocturnal Animals qui était vraiment très psychologique ou Passenger qui traînait en longueur pour si peu...

Bon, avant de m'emballer, et de vous emballer, je tiens à préciser que je juge ce film par rapport à mes connaissances, mes valeurs, mes positions. Je n'ai pas lu les comics Wonder Woman et l'univers DC est un des univers que je maîtrise le moins pour avoir arrêter de le suivre très tôt. Cependant, j'ai quelques autres connaissances et c'est sur celles là que se fonde mon avis sur le film.

Mais avant cela, jeune guerrier intrépide, je t'arrête de suite: si tu n'as pas vu le film et que tu ne veux pas te faire spoiler, ton aventure s'achève ici et maintenant. Je ne peux pas justifier mon avis sans spoiler le film.

[Gif: Full of spoilers]

Très bien, c'est parti pour la descente aux enfers... autant commencer par ce qui fait mal tout de suite !
Wonder Woman est un film que j'avais plutôt envie d'aller voir parce que ça bande-annonce vendait vraiment du rêve et sa petite musique d'introduction du thème de WW foutait les frissons (soit dit en passant, j'adore son thème musical !). Du coup, je m'étais dit que j'allais faire une seconde exception pour DC en regardant ce film. Second point, on avait enfin l'occasion de découvrir une héroïne, dans son propre film, un peu moins fadasse que ce qu'avec pu être à l'époque Elektra (ou "Catwoman"). Et pour ça, je poussais un grand oui ! Parce qu'à part Black Widow qui n'est qu'un second rôle en combi moulante et Gamora qui fait un peu figure d'anti-héros dans une team bien plus grande, le féminin est bien peut présent dans l'univers cinématographique de super-héros !

Un argument de vente bien placé puisque ça prônait d'une certaine façon un féminisme tant attendu dans cet univers ! Un argument qui fait un flop conséquent quand on regarde le film, je vous jure, ça s'apparente plus à un pseudo-féminisme mal utilisé. Mais j'y reviendrais plus tard, reprenons du début !

Le film est un flash back des origines de WW qui est donc apparu dans le dernier Batman Vs Superman (je crois), ce qui était vraiment intéressant au départ. On découvre donc Themyscira, l'île où vive recluse les Amazones, ces femmes guerrières dont on a plus besoin de décliner l'identité. Tout aller très bien, visuellement le film est vraiment beau, les décors sont époustouflants pour la période "mythologique".
Mais mythologiquement, c'est là où j'ai commencé à tiquer... D'un point de vue mythologique, ça ne fonctionne pas pour moi, c'est déjà à ce moment là où j'ai commencé à décrocher. Je ne sais pas qui du créateur ou de DC a pondu un truc pareil mais niveau crédibilité, on repassera.
Je vous invite à faire un petit détour vers les légendes de la mythologie grecque et tous leurs récits, parce qu'on est pas du tout sur la même longueur d'onde niveau mythologie, DC et moi (j'ai spoiler Gaby et elle est d'accord). Et pourtant, je suis plutôt ouverte à l'innovation dans la mythologie (Cf Percy Jackson et compagnie) mais là: trop c'est trop ! J'ai eu envie de crier au scandale, je n'ai pas appris ça et ça m'énerve quand on est beaucoup trop incohérent avec des éléments vieux de plus de 2000 ans.

Arès, oui mais non... Déjà, les origines des Amazones m'avaient scié en deux, l'histoire avec Arès a fini de m'achever. Diana est persuadé qu'Arès, revenu presque d'entre les morts est à l'origine du conflit de la première ou deuxième guerre mondiale - c'est pas très clair - et décide donc de partir en Europe pour l'anéantir et ainsi mettre fin à la guerre. Jusque là, Arès qui fait la guerre, c'est pas choquant. Mais ce que je pensais être une mise en bouche ne l'était pas: je pense que Diana ferait face à des désillusions en comprenant qu'Arès n'était plus et que les Hommes étaient ce qu'ils étaient. Mais non... Arès est bel et bien là... WTF.
J'étais un peu comme ça, et la fin du film n'a rien arrangé. Les explications d'Arès ont été la cerise sur le gâteau, c'est bien dommage parce que j'aime bien l'acteur qui joue ce rôle.

[Gif Dr et Gandalf]

Ceci étant dit, passons au 2nd point: De l'humour, la guerre et la mythologie.
En sortant du cinéma, pas convaincue, j'ai parlé du film avec ceux qui m'accompagnait et une amie m'a dit que ce mélange coupait le rythme. Et c'est le cas. Il y a beaucoup de trop de changements de rythme. L'antiquité est vraiment bien maîtrisé d'un point de vue visuel, les combat entre Amazones sont un chef d'oeuvre cinémaographique, ça ne fait aucun doute mais la guerre avec son côté sombre et oppressant vient brisé cette belle harmonie. C'est attendu, ça sert le film et pose le contraste. Mais l'humour lourdingue vient casser l'équilibre.

[Talk too much]

Ce qui m'amène a parler de ce point que j'ai mis de côté: le féminisme. On nous donne enfin une héroïne digne de ce nom badass, indépendante (très très belle ce qui bien sur est presque obligatoire... qui parle de clichés ? -même si je suis d'accord pour dire que le rôle va bien à Gal Gadot) pour tout de suite nous balancer les mêmes stéréotypes qu'on balance aux femmes qui s'assument ><
Oui, je suis d'accord, c'est une Amazones, elle n'a jamais vu un homme de sa vie, bien sur, elle peut être curieuse des plaisirs charnels d'une relation homme-femme: mais merde ! Est-on vraiment obligé de nous coller des blagues douteuses sur le sexe, de faire passer le second rôle féminin pour une nunuche écervelée qui ne sert que de bouffonne pour les scènes comiques ? Celle qu'on va opposé à notre super-héroïne si féministe qui tombe dans les clichés les deux pieds joints ?
Oui, j'ai pouffé mais tout de suite après je me suis dit que je ne devrais pas rire, parce que c'est justement ce genre de comportement contre lequel, nous les femmes, on doit se défendre.

Donc, s'il vous plait, arrêtez de nous vendre un film féministe, on en est loin. Alors, oui je suis d'accord: enfin un modèle pour les petites filles, oui, WW a du potentiel, oui mais si on y réfléchit ce n'est pas si terrible.. même si le film a été réalisé par une femme ce qui est encore plus dommage. L'humour n'était pas nécessaire dans ce film, vraiment pas. Je sais qu'il y a une volonté d'en faire un film tout public, de se rapprocher du travail de Marvel mais pour moi, ça ne passe pas.

Et la relation entre Diana et Steve, ça a été le pompon... Un baiser, une scène sous-entendu d'amour dans une chambre juste après une mini victoire sur l'armée allemande et voilà comment caser une romance hétéro-sexuel qui casse le potentiel LGBT du personnage. Parce que oui, un film sans un peu de romantisme, c'est pas vendeur. Mais pour ceux qui -peut être- comme moi s'attendait à voir un changement radical avec un personnage LGBT vont être déçu: qu'est-ce que vous attendiez, on va pas vous donner une femme forte sans garder un minimum de choses, il faut qu'elle soit cis et hétéro...
Bon, vous avez me dire, c'est une question de position personnelle, mais ça m'énerve. Ils auraient au minimum pu s'abstenir de foutre une mini romance (surtout avec un personnage qui essaye de la surprotéger... l'a pas compris qu'elle était bien plus forte que lui je crois...)

Cette chronique est super longue en fait... Comme le film. Haha. Franchement, c'était vraiment long... vraiment...

[Gif Queen]

J'ai attendu ce moment où j'allais changer d'avis... mais il n'est pas venu...

[Gif Dumbledore]

C'est le dernier point négatif et après j'arrête xD
La guerre contre des Allemands qui parlent anglais... Zut quoi ! Un minimum ! C'est quand même pas compliqué ! Je suis allée voir le film en VO (puis en VF: qui est affreuse) mais pas une seule fois les personnages n'ont parlé en Allemand... Tout va bien, tout le monde parle anglais alors que l'Allemagne veut assurer la suprématie. C'est un minimum syndical pour un film de guerre quand même !

Sinon, il y a quand même des points positifs xD Visuellement, le travail de réalisation, les plans, les effets spéciaux (sauf pour le combat final) sont vraiment très bien fait ! J'adore le travail sur les scènes de combat, c'est époustouflant !! Il n'y a rien à redire. Il y a un vrai travail visuel aussi sur Londres, la guerre, en total rupture avec la beauté de l'île Amazone. C'est vraiment très bien fait, ils sont réussi à créer quelque chose qui visuellement est parfait. D'un point de vue historique, ça colle, musicalement aussi. Les acteurs jouent plutôt bien, au regard des clichés imposés bien sur, j'ai découvert une très bonne actrice et j'en suis ravie.

C'est un film avec un très bon potentiel dont les critiques que j'en ai faits passeront surement au-dessus de certain et c'est très bien. Profitez de ce film, faites vous plaisir. Mais clairement pour moi, il y a beaucoup trop de choses qui ne vont pas. DC ne rattrape pas le respect que j'ai pour le travail de Marvel.

6 / 10
Votre note ? Votre avis ?

_________________
Langue magique, grande manitou du forum et du blog !
Je déconne, c'est juste qu'il me fallait une signature parce que sinon c'est horrible quand il n'y a pas de séparation entre le sujet du post et la fin du cadre xD


Dernière édition par Priscila le Mar 13 Juin - 20:15, édité 26 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leboudoirsapereaude.forumperso.com
Gabrielle

avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 25/05/2016
Age : 20

MessageSujet: Re: Chroniques [Priscila]   Mer 16 Nov - 11:08

CHRONIQUES CINÉMA CORRIGÉES
[Priscila]

Les gardiens de la galaxie
Hello !
J'espère que vous allez bien! Aujourd'hui on se retrouve, en forme (bah oui, cet univers me donne la pêche et je vais clairement déborder de bonne humeur dans cette chronique xD)! Comme vous l'avez deviné, je suis allée voir Les Gardiens de la Galaxie Vol 2 ce week-end et je vous en offre la chronique enthousiaste aujourd'hui! Mais avant ça, si tu as envie de lire cette chronique en musique, je te conseille vivement d'aller là, là et là.

Mais avant de vous parler de ce volume 2, je vais vous parler un peu de mon avis sur le premier film, puisqu'à l'époque où je l'ai regardé, je n'en ai pas fait !
Les Gardiens de la Galaxie font partie des films de l'univers Marvel, et en bonne fan des films de supers héros, je me suis penchée dessus mais bien après sa sortie (je ne sais pas pourquoi d'ailleurs...). Je dois vous avouer que j'ai adoré ce film, et sa bande son n'y est pas pour rien (mais ça vous vous en doutiez, sinon on n'en serait pas là Wink ). J'ai adoré ces personnages rock'n roll, un peu décalés et hors la loi qui se retrouvent embarqués ensemble dans une mission pour sauver la galaxie, qu'ils n'avaient pas choisi. Les personnages sont hauts en couleurs, hilarants mais aussi attachants. J'ai depuis, de nombreuses fois re-regardé le film, y compris il y a quelques jours. La bande musicale souligne à la perfection l'ambiance de cet univers et c'est vraiment prenant !

J'étais joie quand la bande annonce de cet nouvel opus est sorti, j'attendais vraiment de ce film, du moins, de m'éclater autant qu'avec le premier, d'apprécier la musique des années 80 avec autant de plaisir que l'autre BO et je n'ai vraiment pas été déçue !
L'action commence d'une façon inattendue mais tellement funny ! Ça déchire, c'est juste le mot xD En plus, le film commence avec une musique que je connais plutôt bien (la folle qui bougeait la tête en rythme dans son fauteuil en souriant/riant, c'était moi xD). Le film garde un bon rythme tout du long, et long, il l'est, je n'ai pas vu les 2h13 passer, on ne s’ennuie vraiment pas, il n'y pas de temps mort (de temps mous).
Concernant le scénario, je ne m'attendais pas vraiment à ça (après sans spoiler, j'ai envie de dire qu'avec un gars qui se fait appeler « Ego », bah... on peut s'attendre à ça). Néanmoins, il y a de bons retournements et on se laisse peut-être encore surprendre Wink

Par contre, il y a juste un faux raccord xD Tout le monde a vu Yandu et Rocket emprisonnés dans la BA, ce n'est pas un spoil, ils demandent de l'aide à Baby Groot qui leur apporte tout un tas d'objets plus ou moins grands SANS se faire repérer. 10 min plus tard, quand Baby Groot a enfin donné ce qu'il devait prendre et que Yandu et Rocket sont prêts, il y a 2 gardes à la porte... qui n'étaient pas là avant. J'appelle ça faux raccord quand tout l'équipage est censé dormir, ne me dites pas que deux gars ce sont réveillés et se sont dits : « et si on allait monter la garde, au cas où ? »...

Comment ne pas vous dire que je suis attachée aux personnages, même à ceux qu'on attend le moins, au point d'avoir les larmes au yeux pour Baby Groot, ou pleurer lors de la mort d'un personnage. Je pense que Les Gardiens de la Galaxie Vol 2 est un des rares films à me faire rire, danser et pleurer à quelques minutes d'intervalle !

Je ne vais pas en dire plus sur cette chronique car je risquerais d'en dire trop, deux mots encore : restez jusqu'à la fin du générique, c'est important Wink et : Je veux adopter un Baby Groot :3 (He is so cute!).

10 / 10
Votre note ? Votre avis ?






_________________
Sous-fifre de la Grande Manitou, Ô Langue Magique notre maître à tous!
[Je rigole aussi xD]


Dernière édition par Gabrielle le Sam 28 Jan - 23:09, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chroniques [Priscila]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chroniques [Priscila]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chroniques de Sainte-Hélène, Atlantique sud
» Article chroniques abonnés du Monde
» Les chroniques de l'inexpliqué
» Les Chroniques de Riddick
» JEÛNE ET PATHOLOGIES CHRONIQUES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le boudoir :: Pour le Blog... :: Les articles-
Sauter vers: